https://xxnx.sex

Cycle de conférences « ici commence le chemin des montagnes… / artistes aux Pyrénées » de Marie Bruneau & Bertrand Genier

Publié par Damien Maurice le

Marie Bruneau, Bertrand Genier

ici commence le chemin des montagnes…
/ artistes aux Pyrénées

Cycle de trois conférences
organisé en partenariat avec l’association Binaros et le Parc national des Pyrénées,
à l’occasion de la publication d’un livre (éd. Cairn 1er trimestre 2020)
et d’une exposition dont les différents volets seront présentés
à Pau au Musée des beaux-arts et à la Maison de la montagne, au printemps 2020,
à Lourdes au Musée pyrénéen, pendant l’été,
et à l’automne, à Bordeaux, dans les espaces du Frac Nouvelle-Aquitaine / Méca.

Rosa Bonheur (1822-1899),
La route dans la montagne (Pyrénées), vers 1850
huile sur carton, 24.5 x 33 cm,
Vernon, musée Alphonse-Georges Poulain.

– – –
Comment regardons-nous ces montagnes, aujourd’hui ?
Qu’est-ce qui nous trouble, nous émeut, nous étonne?
Où voyons-nous la Beauté?
Quelle est donc cette montagne idéale que nous portons en nous?

Il sera question de quelques situations choisies en certains lieux de la chaîne pyrénéenne
dans lesquels une vingtaine d’artistes ont inscrit ou initié, à différentes époques,
quelques-uns de leurs travaux.
Ils sont peintres, dessinateurs et artistes marcheurs, photographes et cartographes,
géologues, voyageurs, etc. Certains sont intervenus de manière éphémère ou pérenne
dans le paysage, d’autres se sont consacrés à la représentation des montagnes,
d’autres encore ont fait œuvre utile en apportant une contribution déterminante
pour la connaissance et l’image des Pyrénées.
Le propos ne sera pas de jouer au petit jeu de la comparaison entre
ce que l’artiste nous donne à voir et le site qui l’a inspiré,
mais plutôt d’interroger, en même temps, la montagne et l’art.
Ou plutôt la montagne par l’art (et réciproquement).
Ne pas se demander pourquoi quitter l’abri sûr.
Boucler le sac…
– La gourde est pleine? On y va!

# 1. Le samedi 16 novembre 2019, à 15 heures
L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible
Paul Klee, Théorie de l’art moderne, Folio, 1998
Où le peintre, ayant décidé de quitter son atelier pour s’en aller affronter le motif rencontre
des voyageurs et des savants qui arpentent eux aussi la montagne; comment leurs points de vue
se croisent et se confrontent pour tenter de mettre de l’ordre dans le chaos, et comment,
à la croisée de leurs regards, s’invente un nouveau paysage.
– – –
Eugène Delacroix, aux Eaux-Bonnes,
Rosa Bonheur, au pic Bergons,
Hubert Damelincourt, face aux aiguilles d’Ansabère,
Jean Le Gac, dans les environs de Cauterets,
Philippe Fangeaux, dans la vallée des Aldudes,
François Flamichon, au coeur du cirque de Moundelhs
Franz Schrader, au Pic du Midi de Bigorre,
Lucien Briet, dans le canyon de Ordesa.
– – –
# 2. Le samedi 18 janvier 2020, à 15 heures
L’espèce humaine commence par les pieds.
André Leroi-Gourhan, Les racines du monde, Belfond, 1982
Où nous nous efforcerons d’accorder nos pas à ceux de quelques artistes qui font oeuvre
de leurs marches. Où nous apprendrons par quels étonnants ricochets certaines images ont traversé
les siècles pour donner naissance à de nouvelles formes, et comment d’autres, que nous espérions
rangées dans les replis de l’histoire, reviennent hanter notre actualité la plus tragique.
– – –
Hamish Fulton, à Porto,
Richard Long, au port de Venasque,
Claude Lagoutte, à Gourette,
Bernard Cazaux, dans le vallon Dets Coubous,
Louis Ramond de Carbonnières, face au Mont-Perdu,
Georg Hoefnagel, à San Adrián, en Alava,
Dani Karavan et Walter Benjamin, à Portbou.
– – –
# 3. Le samedi 1er février 2020, à 15 heures
À moins qu’un animal, muet,
levant les yeux, calmement nous transperce.
Rainer Maria Rilke, Huitième Élégie de Duino, 1972
Où le cerf et l’abeille nous feront signe et comment ; où nous serons surpris par la rencontre
d’une mouche et d’un ours, d’une fleur et d’un mollusque, avant de surprendre à notre tour le regard
de quelques animaux sauvages ; où l’on comparera le goût de la chair du hibou avec celles
de la corneille et du hérisson… Et où, parvenus au terme de nos aventures, nous essayerons
de conclure en interrogeant, à l’heure de l’anthropocène, les liens qui nous relient à la montagne.
– – –
Wolfgang Laib, sur le flanc du Roc del Maure,
Le cerf de Chimiachas, dans la Sierra de Guara,
Pierre Bernard, au coeur du Parc national des Pyrénées,
Fernando Casás à Piracés, dans les Monegros,
Suzanne Husky, à Aulus-les-Bains,
Albert Gusi, sur la plaça Mossèn Jacint Verdaguer, à Barcelone,
et Victor Galos, à Pau…
– – –
Marie Bruneau et Bertrand Genier sont designers.
Ils ont travaillé ensemble, autour de la chose graphique, pendant plus de trente ans,
pour le compte d’institutions culturelles et sociales, de collectivités territoriales,
de services de l’État et de commanditaires privés.
Ils ont enseigné ensemble le projet en design à l’École supérieure d’art des Pyrénées, à Pau,
de 2009 à 2014, avant de mettre progressivement fin aux activités de leur atelier
pour se consacrer pleinement à l’écriture et à la marche.
Ils ont publié, aux éditions Cairn,
55 jours, une traversée des Pyrénées de l’Atlantique à la Méditerranée (2012),
Passages, les Pyrénées du nord au sud et réciproquement (2014),
prix Binaros du Salon du livre pyrénéen 2015,
et Ici commence le chemin des montagnes… Artistes aux Pyrénées (1er trimestre 2020).
– – –
Depuis Bagnères-de-Bigorre,
prendre la vallée de Campan, en direction du Tourmalet.
Beaudéan est à moins de 5 km.
Les conférences se tiennent dans la Salle Larrey, à deux pas du musée.
1, rue Dominique Larrey, 65200 Beaudéan
musee.larrey@orange.fr
http://musee.larrey.beaudean.a3w.fr/
05 62 91 68 96

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *