Aventurières, soyez fières! par Anabel Cossette Civitella

Publié par Pierre MACIA le

Encore sous-représentées dans les sports de plein air, les Québécoises continuent de ramer pour éradiquer les préjugés liés à leur sexe. Moins fortes, moins compétentes, moins à l’aise techniquement, les grimpeuses, randonneuses et canoteuses? Elles sont de plus en plus nombreuses à prouver le contraire, contre vents et marées.

La scène est révélatrice. Quatre filles installent deux canots sur des voitures, au départ d’une expédition sur la rivière Saint-François, en Estrie. Même si elles sont des adeptes de plein air de longue date, à presque 30 ans, elles remarquent que c’est la première fois qu’elles ont l’occasion d’arrimer elles-mêmes les embarcations aux toits de leurs véhicules. Elles seront aussi entièrement responsables de guider les canots dans les rapides, de les porter – ainsi que les bagages – lorsque l’eau sera trop tumultueuse, et de monter le campement.

C’est que, pour une fois, aucun chromosome Y ne viendra les soutenir. Elles doivent – et peuvent – prendre les choses en main.

La SUITE : ICI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *