https://xxnx.sex

Rencontre au Sommet avec les auteurs de « Traversée à 4 Voix »

Publié par LMM le

Le quatuor qui signe ce livre aux éditions du Pin à Crochets est né de
la traversée de l’Atlantique à la Méditerranée effectuée par Didier
Sorbé et Marc Girard.
Ils ont été rejoints sur le papier par Olivier
Delord et Jean-François Labourie pour parvenir à une somme originale
associant quatre points de vue complémentaires. Celui d’une philosophie
de la marche et de la montagne, celui de la photographie comme trace et
expression du paysage, celui de l’itinéraire et de sa mise en œuvre,
celui du pyrénéisme riche à tous égards et dans lequel s’inscrit
l’aventure des deux protagonistes.

La voix d’Olivier / la voie des mots, esprit et corps en marche

Olivier
Delord a parfait son apprentissage de la montagne dans la foulée de
Didier. En 2003, il traverse les Pyrénées avec son frère Fred et quatre
de leurs amis, en 40 jours et en été – la classique de Véron. Ainsi
possède-t-il le recul et les mots mûrement choisis pour traduire la
tension et la souffrance, le temps de l’accoutumance des premiers jours
et les sensations physiques : « les pieds comme deux boules de feu », «
la plainte du corps », « le sac est un morceau de soi » ; l’ivresse du
regard et de la marche, les impressions visuelles, l’emballement de
l’imaginaire, ou les imprévus – la trahison du matériel : la fermeture
d’un duvet « a rendu l’âme »… La description de la montagne est œuvre
d’orfèvre. Olivier est un paysagiste rare à inscrire dans la filiation
du grand amoureux de la chaîne qu’est Franz Schrader. On ne verra pas
ses aquarelles, mais l’on appréciera son exceptionnel sens de l’image.
Cette traversée littéraire a pour sentinelles la sagesse intemporelle de
plumes trempées dans la philosophie, la poésie, la littérature, la
chanson française, etc., chacune apportant une note saisissante, au
profit du rythme ternaire : citation / journal / récit / de cet essai :
traversée / mouvements / suspensions.

La voix de Didier / la voie des hautes lumières

Depuis
la traversée en hivernale des Pyrénées d’est en ouest réalisée en
février-mars 1984 et publiée en 1988 aux éditions Randonnées
pyrénéennes, sommeillait parmi les projets de Didier Sorbé, celui d’une
nouvelle traversée. Cette fois-ci, elle se ferait d’ouest en est et en
saison d’automne, avec le désir de donner la voix à l’esthétique dans le
choix de l’itinéraire et de ses variantes. Il en a rapporté un ensemble
de vues en noir et blanc, chant d’adieu à sa pratique de l’argentique
en ces montagnes. La lumière guide son regard comme ses pas pour saisir
les « ici et maintenant » d’un éclairage impromptu, d’une ombre portée,
d’un voile de brume, du vent dans les graminées lustrées, pour les
engranger dans le boîtier du Mamiya 6. Ce sont autant de journées en
séquence, soit 47 images, et de journées par variantes, soit 20 autres
images. Trouées d’espaces mises au carré, elles sont l’épreuve d’un œil
rompu à l’épiderme de la roche, au nuancier infini des hautes terres en
noir et blanc et à la patience qu’il faut pour attendre une lumière qui
vient de lui échapper. Livre dans le livre, cet album est ici la part de
l’art.

La voix de Marc / itinéraire : voie et voies vers le Levant

Marc
Girard, géophysicien de formation, tient de son père le sens de la
carte, de l’observation et de l’orientation. Il connaît Didier depuis
les années 1980 et a été marqué par le livre de sa traversée hivernale.
Été 2004, ils travaillent sur l’itinéraire qu’ils adopteront à l’automne
; leur traversée cheminera au plus près de la frontière pour, raisons
de clémence météorologique, s’achever en Catalogne. Motivés par un
impératif esthétique, les choix de l’itinéraire ont été guidés par le
plaisir de retrouver des sites aimés et l’envie d’emprunter des sentiers
oubliés ou peu fréquentés. Cela donne parfois une trace à trois brins
surfilant tantôt le GR10, tantôt le GR11 ou la HRP. C’est aussi
l’occasion de découvrir les secteurs inconnus d’eux en Ariège et dans le
massif de Madres ou de saluer de beaux sommets comme les pics d’Enfer,
le Mont-Perdu, la Munia, les Posets prometteurs de paysages inattendus.
Carte, boussole et altimètre ont été relayés par le récepteur GPS dont
tous les points relevés sont accessibles sur le site
traverseepyrenees.com qui complète cette partie. Des variantes sont
proposées pour évincer des secteurs délicats ou découvrir par beau temps
de fabuleux jardins naturels. C’est de cet ensemble composite que
rendent compte les pages de topo, associant tracés et repères, textes
pratiques et descriptifs ainsi que 108 photographies couleur.

La voix de Jean-François / les voix pyrénéistes, mémoire de traversées

Jean-François
Labourie retrace l’histoire des précédentes traversées marquantes
partielles ou intégrales, célèbres, discrètes ou médiatisées dont les
raisons diffèrent selon qu’évolue le rapport de l’homme à la montagne.
Les pionniers sont parmi les scientifiques des Lumières : Roussel et La
Blottière, Young, de Carbonnières…

Contact : Médiathèque de la Montagne Henri Barrio
Cité des Pyrénées 29 bis rue Berlioz 64000 Pau
05 59 06 99 20     

Catégories : MEDIATHEQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *